sweetux'blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - vieprivee

Fil des billets

vendredi 15 juillet 2016

En vrac durant la pause estivalle

Cette première quinzaine a été bien chargée ... en geekage & dans l'actualité ! Je ne vais donc aborder ici que l'essentiel ... puisque je suis en "pause" (vous aurez plus d'infos lors de la reprise) : j'ai diffusé celles-ci dernièrement sur mon compte framasphère : 

*1* actualités "personnelle" de la quinzaine :

Démontage/upgrade/remontage de mon PC durant la première semaine de juillet :

Pour faire suite à mes deux derniers édito & à ce billet il y a quelques semaines, j’ai « enfin » passé commande que quelques composants afin d’upgrader ma configuration viellissante. 

Finalement, suite à des “petits soucis” (matériel) de dernière minute, j'ai été retardé de quelques jours ... mais j'ai maintenant installé mon nouveau multiboot ( http://handylinux.org/ + http://voyagerlive.org/ ) : ordinateur remonté & fonctionnel depuis 1 semaine (mise à part un soucis d'adaptateur DVI-D qui me condamne au simple-écran temporairement) 

Plantage de mon vieux coucou (& mort de son disque dur) sur lequel j'étais en train de construire une distribution GNU/Linux ... je vais devoir tout recommencer dès que possible : désolé du retard occasionné (je n'ai pas pu récupérer de sauvegarde)...

*2* actualités "importante" de la quinzaine :

Sauvons la neutralité d'internet :

Privacy Shyield : un "bouclier" troué à refuser 

Grand chamboulement dans le "monde du libre" : 

https://debian-facile.org/ &http://handylinux.org/ ont décidés de fusionner leurs forces vives … il en résultera malheureusement la “fin” de l’handylinux que nous connaissons aujourd’hui, mais ce n’est que pour mieux “rebondir” & apporter encore plus aux débutants / utilisateurs de la future distribution (dont il reste à trouver le nom : j’aime bien FaciLinux & DebiAndy …) :

Bonnes lectures

Finalement, j'ai donc installé la dernière version (probablement) de l'une de mes deux distributions favorites : je ferais un billet sur ce sujet prochainement.

Nota : dans la série "alliances", en voici une autre très intéressante :

Bon, je retourne en pause pour la prochaine quinzaine ... (& je vais être en mesure (entre autre) de vous préparer le billet #0.13 "récap. de juin" ... en retard, pour début août)

mardi 21 juillet 2015

Edito du 21/07/2015

Aujourd'hui, démiscroftez vos familles ! (il y a urgence !)

Pour faire une analogie à ce billet (Ajourd'hui, je dégooglise ma famille), & pour faire suite à mes précédents billets concernant ce sujet (ici & ), je recommande très vivement à toutes celles & ceux qui tiennent à leur vie privée & à celle de leurs proches à abandonner définitivement tous les services & logiciels de Microsoft (y compris & surtout Windows) avant la fin du mois de juillet 2015 ! (c'est à dire que vous n'avez plus que quelques jours pour agir).

Pourquoi ? Je vous rappelle les quelques extraits ci-après :

Windows 10, Microsoft et vos données privées : ce que vous devez savoir

Saviez-vous qu’en utilisant Windows 10, un identifiant publicitaire unique vous est attribué, exploitable par les développeurs et les annonceurs ? Ou que par défaut, Microsoft envoie tous vos mots de passe vers ses serveurs lorsque vous associez l’ordinateur à un compte Microsoft ? Ce sont quelques unes des informations figurant dans la nouvelle Déclaration de Confidentialité de Microsoft, dont nous citons les principaux extraits.

Microsoft a écrit ce jeudi à ses clients français pour leur annoncer qu’il avait mis à jour son Contrat de Services et sa Déclaration de Confidentialité, non seulement pour rendre les informations plus accessibles en un seul endroit, de façon visible et plus précise, mais également pour ajouter « plusieurs informations supplémentaires en matière de confidentialité relatives aux nouvelles fonctionnalités que nous proposerons bientôt, telles que celles disponibles sous Windows 10« . Elles prendront effet au 1er août 2015.

Nous avons donc lu l’intégralité de la nouvelle Déclaration de Confidentialité (qu’il nous a été impossible de comparer à l’ancienne, faute de réussir à mettre la main dessus), pour en ressortir les passages qui nous semblent les plus importants à connaître. Il faut reconnaître à Microsoft un effort que nous n’avions jamais vu jusqu’ici, conforme à la législation européenne, de précision sur les données collectées et l’utilisation qui en est faite. C’est encore parfois perfectible, mais beaucoup mieux que le flou que l’on trouve dans les conditions de Google, par exemple.

Il n’y a aucune prétention à l’exhaustivité dans notre sélection forcément subjective des passages clés, mais elle nous semble instructive. Elle concerne aussi bien les services de Microsoft dans leur quasi intégralité, que le système Windows 10 qui débarque le 29 juillet prochain.

(... la suite ici)

Windows 10 : lorsque votre ordinateur ne vous appartient plus.

L’information est confirmée par l’ami Guillaume Champeau, sur Numerama : Windows 10 installera ce qu'il veut chez vous.

Résumé

Microsoft a confirmé l’information : la version « particuliers » de Windows 10 ne permettra pas de choisir les mises à jour qu’on souhaite installer. Microsoft pourra donc, à sa guise, installer ou désinstaller, mettre à jour ou modifier n’importe quel programme ou logiciel présent sur « votre » ordinateur.

La société confirme par la même occasion que seules les versions « professionnelles » de Windows 10 permettront de désactiver les mises à jour automatiques.

Explications

« Le contrat de licence de Windows 10 exige que la Mise à Jour Automatique soit permise pour faire en sorte que nos clients restent en sécurité et pour fournir Windows en tant que service », nous indique Numerama.

Ainsi, on invoque la raison de la sécurité pour justifier ce passage en force sur les mises à jour. Si l’argument de la sécurité est positif, on peut légitimement douter du bien-fondé de la solution proposée.

Windows est le système le plus répandu, à ce titre, il est la cible la plus intéressante pour des pirates et des attaques informatiques. Je comprends la volonté de Microsoft : ils veulent assurer un maximum de sécurité aux utilisateurs en maintenant à jour un système assez vulnérable.

Mais à quel prix ?

Revenons au cœur du sujet : forcer la main à ses utilisateurs revient à les déposséder du pouvoir qu’ils ont, à les destituer du titre « d’administrateur » de la machine. Avec Windows 10, votre système ne vous appartient plus. Il n’est, tout au plus, qu’une partie d’un tout et on pourrait considérer que Microsoft s’étend géographiquement à l’échelle planétaire.

Cette perte de souveraineté de votre machine n’est pas uniquement liée à un besoin sécuritaire. Microsoft utilise cet argument car il est relativement aberrent de souhaiter moins de sécurité sur son propre système, mais les mises à jour forcées ne concerneront pas uniquement la sécurité…

Microsoft compte utiliser ce système de mises à jour imposées pour générer plus de revenus : puisque le système sera, soyons francs, intégralement contrôlé à distance par Microsoft, rien ne les empêchera de proposer de la publicité ciblée.

Nous le savons depuis quelques temps déjà, Windows 10 enregistrera chaque activité sur votre ordinateur, il faudra disposer d’un compte Microsoft pour utiliser le système...

(... la suite ici)

Là est la grande question ! Que nous "soyons le produit" chez Google, on peut le comprendre, car on ne paye pas pour utiliser ses services ... ce qui est loin d'être le cas pour ceux de Microsoft Windows... pour le moment du moins ...

Pour aller plus loin (après la lecture complète des billets cités ci-dessus), je vous invite à prendre connaissance de l’intégralité des contenus (non libre) des 2 liens suivants (que personne ne prends le temps de lire avant de signer/cliquer sur « j’accepte les CGU« !):

Je suis horrifié, dégoûté, écœuré … c’est bien pire que je ne l’imaginais !

À toutes fins utiles, pour ceux qui ne comprennent toujours pas, voici exceptionnellement une soirée "Microsoft" sur mon shaarli : http://shaarli.sweetux.org/?do=daily&day=20150721 (avec les quelques dernières nouvelles toutes fraîches juste avant la sortie de la fameuse version 10 le 29/07 prochain, version qui devait être la "dernière" & qui aura finalement une date de fin de support ! Comptent-t'ils arrêter ensuite ?).

J'espère qu'avec ces explications, vous comprendrez mieux la nécessité d'abandonner de toute urgence ces "services" (puisque Microsoft ne voit plus Windows comme un logiciel) !

Heureusement, vous avez à disposition de nombreuses alternatives de substitution très régulièrement abordées sur mon site (& de nombreux autres).

Vous pouvez très facilement installer une distribution GNU/Linux, comme par exemple HandyLinux pour laquelle vous trouverez toute la documentation sur leur site internet.

Vous pouvez également utiliser les nombreux "services" (comme framabee) proposés par Framasoft dans son initiative "dégooglisons internet", mais aussi les moteurs de recherches alternatifs au Bing de Microsoft, comme par exemple qwant ou duckduckgo... vous avez l’embarras du choix !

Rassurez-vous, toutes ces distributions & services libres respectent votre vie privée & n'en font pas commerce !

En cas de besoin, de nombreuses associations sont en mesure de vous venir en aide afin de migrer "en douceur" ...



jeudi 21 mai 2015

Edito du 21/05/2015

Comme annoncé le 5 mai dernier, voici donc mon compte-rendu de la conférence de Richard rmsStallman intitulée  "logiciels libres et éducation" . Comme vous vous en doutez, celle-ci fut très intéressante & instructive (j'avais déjà vu/lu/entendu certains éléments sur la toile, mais pas tout...).

Je suis arrivé dans l'amphi 1/2heure avant la conférence & 10 minutes avant rms qui s'est installé tranquillement installé sur la scène où un fauteuil & une table basse l'attendaient. Je l'ai aidé à brancher son ordinateur portable, puis il a défait ses chaussures & s'est installé avec sa sacoche sur les genoux pour travailler sur son ordinateur pendant que l'amphi se remplissait petit à petit.
Peu de temps avant le début, les organisateur lui ont :

- installé son micro cravate
- communiqué le code wifi de la fac
- apporté une bouilloire d'eau chaude & un lot de boites à thé.

Juste au début de la conférence, quelqu'un éteint la lumière & il dit :

« non non non, je veux toute la lumière ! ».



Dans ce premier compte-rendu succinct, je vais donc aller à l'essentiel ... pour plus de détails, il faudra (dans un premier temps) écouter ou regarder cette conférence.

Les associations organisatrices se présentent l'une après l'autre (la cantine numérique, les chats cosmiques & la maison du libre), puis c'est au tour de Richard rmsStallman de prendre la parole pour présenter les logiciels libres (en se plaçant bien sûr du coté de l'utilisateur) :

Un programme est un logiciel libre si vous, en tant qu'utilisateur de ce programme, avez les quatre libertés essentielles :

  • la liberté d'exécuter le programme comme vous voulez, pour n'importe quel usage (liberté 0) ;

  • la liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu'il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez (liberté 1) ; l'accès au code source est une condition nécessaire ;

  • la liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin (liberté 2) ;

  • la liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées (liberté 3) ; en faisant cela, vous donnez à toute la communauté une possibilité de profiter de vos changements ; l'accès au code source est une condition nécessaire


Il précise que : « soit l'utilisateur contrôle le programme, soit le programme contrôle l'utilisateur ».

Il précise que les utilisateurs de logiciels privateurs sont utilisateurs de malware connus, tel :
- Microsoft Windows,
- Mac & IOS d'Apple
- Androïd
- Flashplayer
& rappelle que certains matériels sont également "dangereux pour les libertés" :
- le lecteur de livres numérique d'Amazon
- les téléphones portables
Il donne bien évidemment de croustillantes explications...

Eh oui, il ne faut pas confondre les deux : il y a une "énorme" différence éthique :

Si la première favorise & met en avant la liberté, la seconde ne le fait pas ...

- La devise du logiciel libre est la suivante (selon rms) : « Liberté, égalité, fraternité ».

- La devise du logiciel open source serait plutôt : « rentabilité, fiabilité & efficacité ».

C'est déjà un bon début par rapport au logiciel privateur, mais ça ne va pas encore assez loin.

Entre les deux, il favorise de loin le premier qui est bien plus en accord avec les idées qu'il défend.

  • 4/ Logiciel libre et éducation & conclusion :

Voici le cœur du sujet de cette conférence :

Il aborde ici l’ingénierie inverse, de la mission sociale de l'éducation (à certaines valeurs...), mais aussi des outils pédagogiques qui doivent être sous licence libre afin de favoriser le partage.
Il aborde aussi les sujets suivants : cloud & SAAS (en précisant que confier ses données à des tiers c'est une perte de contrôle de son informatique, et que les écoles devraient s'interdire de créer des comptes aux élèves chez lesGAFAM)

Cette conférence se termina bien évidemment par la désormais célèbre présentation de St IGNUCIUS (l'autre identité de rms comme il aime à le dire)

  • 5/ Bonus 1 : la vente aux enchères de la peluche de Gnou :

Mise aux enchères à 20€, elle a été adjugée à 160€ ... et finalement ce fût 200€ de donné à la FSF

  • 6/ Bonus 2 : Questions/Réponses :

Les principaux sujets abordés furent les suivants :

- les formats de fichiers (non libres)

- l'origine des idées & la motivation

- éducation & collège connecté

- les progiciels en entreprise

- les fablab / logiciels & matériels libres

- la sécurité des logiciels libres

- la loi renseignement & le combat contre les textes liberticides

- logiciels libre & politique

- le système d'exploitation utilisé sur sa machine (un vieil IBM ThinkPad)

***

Vous trouverez  ci-après (sous licence CC-BY-NC-ND) les enregistrements audio (convertis par mes soins au format ogg) de ces différentes parties de la conférence que j'ai effectués ce mardi 12 mai 2015 entre 18h & 21h environs @Amphi Guilcher, Faculté Segalen 20 Rue Duquesne 29200 Brest.

Vous vous posez peut-être la question du pourquoi n'ai-je pas publié l'annonce de cette conférence & le présent compte-rendu sur mon blog "infolibre" : eh bien parce-que j'estime que ce sujet est "transversal" entre mes différents blogs (en particulier les deux premiers) ... il touche aussi bien à l'informatique, qu'à l'éducation, à la culture, à la défense des libertés (numériques...).

Il n'est pas impossible (il est plutôt vraisemblable) que dans les semaines ou mois à venir j'aborde certains "points de détails" issus de cette conférence dans l'un ou l'autre de mes différents blogs & que je mette en ligne une page dédiée.

Bonne découverte à ceux d'entre vous qui ne connaissent pas cet illustre personnage qui a lancé le mouvement des logiciels libres il y a environs 32 ans déjà & à bientôt pour d'autres nouvelles,

Cordialement,

mardi 21 avril 2015

Edito du 21/04/2015

Il y aurait tellement à dire concernant l'actualité de la culture libre & du libre en général, mais compte-tenu de l'actualité du moment, je ne peux m'empêcher de ré-aborder un sujet déjà évoqué ici il y a quelques jours en raison de son importance capitale.

Vous l'aurez compris, je vais encore vous parler de politique & les dernières ne sont pas très réjouissantes (BIG BROTHER veille sur nous !): le 16 avril dernier sur 577 députés, seulement 30 étaient présents pour voter & seulement 5 d'entre eux se sont opposés au "Projet de loi Renseignement" ! (Puisqu'il est trop tard pour la précédente loi du même genre malheureusement votée dernièrement).

Ah, si l'on comptait les votes blancs & nuls (& les abstentions ?), nous n'en serions probablement pas là !

Il est peut-être je l'espère encore possible d'éviter que nous soyons toutes & tous placés sous surveillance : appelez votre député ! Il doit rejeter la loi Renseignement. Le vote solennel aura lieu le 5 mai 2015.

Le texte final du projet de loi relatif au Renseignement sera ensuite envoyé au Sénat pour une lecture unique, dans le cadre de la procédure d'urgence...

Avant de prendre une mauvaise décision, il est indispensable de  " relire la notice " !

Cette solution liberticide n'est pas la bonne : il faut s'attaquer à la cause & non aux conséquences !

"Nous sommes comme la grenouille de la fable qui se laisse plonger dans un récipient d'eau chaude, qui se dit que c'est bon de prendre un bain chaud, et qui ne réalise pas que la température augmente. Qui ne réalise pas qu'elle était cuite." -  Numérama

Souvenons-nous du dicton, parfois attribué à Benjamin Franklin :


lundi 13 avril 2015

sous-surveillance.fr : Légaliser la surveillance totale ? NON !

Il ne reste que peu de temps pour agir contre la surveillance généralisée !

Vous n'avez sans doute pas manqué l'actualité du moment (tout le monde en parle depuis déjà quelques semaines) : aujourd'hui 13 mai 2015 à débuté l'examen du  projet de loi sur le renseignement en séance plénière de l'Assemblée Nationale (alors qu'une manifestation était organisée "contre").

Ce examen se fera au pas de charge, puisque c'est sous la procédure d'urgence (une seule lecture) que les parlementaires devront débattre du texte.

Il ne reste que très peu de temps pour contacter vos députés via le site mis en place à cette occasion : http://sous-surveillance.fr/#/

Il y a urgence, car le vote solennel surviendra très peu de temps après. Le scrutin public est en effet prévu le 5 mai.

Nombreux sont les organismes a être "contre" ce projet de loi liberticide (et j'en oublie ...) :

- L'Observatoire des Libertés et du Numérique : - Amnesty International France
- Attac
- Fondation Copernic
- Solidaires
- Act up-Paris
- Syndicat national des journalistes
- April

- La Ligue des Droits de l’Homme

- Les Amis de la Terre

- Reporters Sans Frontière

- Droit au Logement

- Amnesty International

- Léa Linux

- Café Vie Privée

- Fédération Française des Motards en Colère (FFMC)

Vous ne comprenez pas grand chose à ce projet de loi, voici donc :

  • Quelques explications succinctes :

Petit rappel : Il y a longtemps, plus de 2 siècles et demi (au siècle des Lumières), Montesquieu a théorisé la séparation des pouvoirs.

Il a "juste" couché par écrit dans « l’esprit des lois », ce qui est devenu le fondement absolu des démocraties occidentales (rien que ça): l’idée selon laquelle on ne peut laisser tous les pouvoirs entre les mêmes mains.

Ces 3 pouvoirs sont censés se contre-balancer mutuellement de manière à ce que la dérive de l’un puisse être sanctionnée par les autres.

Avec le projet de loi en préparation, s'en est fini de la séparation des pouvoirs !

Dans la société d'aujourd'hui, plus que jamais, le renseignement est vital : il est donc logique que les services de renseignement puissent s'adapter & utiliser les nouvelles technologies, mais il faut des gardes-fous "solides" & fiables ... (À l’été 2013, on en a d’ailleurs eu un « aperçu » grâce à Edward Snowden)

Les objectifs du projet de loi sont de "régulariser" la situation pour encadrer & légaliser des pratiques actuellement illégales mais aussi d'élargir le champ d'action des services de sécurité "intérieur" & "extérieur" ...

Les contrôles sont très nébuleux via la CNCTR (auto-contrôle de l'exécutif : le seul verrou « contraignant » se situe à Matignon ) & les recours relèvent du parcourt du combattant !

Les risques de "dérive" sont les suivants :

- l’abus de pouvoir (en raison des faiblesses du "contrôle" proposé par ce texte...)

- susciter des réactions contre-productives (les citoyens & les entreprises apprendrons à mieux se protéger...)

- créer un impact négatif sur l’économie (plusieurs hébergeurs menacent de quitter le territoire français pour éviter de perdre des clients...)

- sacrifier trop de libertés pour peu de sécurité (nous ne devons pas abdiquer notre liberté et notre modèle de société pour une sécurité illusoire)

Les techniques utilisées sont de plus en plus intrusives dans la vie privée de tout un chacun :

Sonorisation du domicile &  géolocalisation sans aucun contrôle d’un juge !

L’inviolabilité du domicile découle du respect de la vie privé reconnu par l’article 9 du code civil et par les articles R. 226 et suivants du code pénal, lui même déduit de la liberté reconnue à tous par l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Cette loi remet donc en cause votre droit à la vie privée. 3 fois rien…

Identification & interception des téléphones mobiles, interception de communications Internet à l'ai de de "boites noires" imposées aux FAI & aux fournisseurs de services internet sont aussi au programme : Nous somme donc d’évidence en plein dans la surveillance de masse.

Nombreux sont ceux qui ont de gros doute quant à l'efficacité de cette loi : Prenons exemple sur les États Unis & les pratiques de la NSA :

Pour une seule personne inculpée en 15 ans, combien d’individus mis sous surveillance?

Ce projet de loi accentue de manière inouïe le déséquilibre entre pouvoir de l’exécutif et droits du citoyen en faveur du premier.Les droits qui étaient "autrefois" fondamentaux sont aujourd'hui balayés d’un revers de main sous l’argument de la « sécurité » ... De plus, il est important de préciser que la lutte contre le terrorisme (seule justification donnée dans le discours officiel) ne représente qu’une seule des 7 catégories visées par ce texte.

Il est donc indispensable à tout un chacun de prendre du recul pour comprendre tout cela & pour réfléchir sereinement à la proportionnalité entre la portée de ce texte et sa destination officielle...

(communiqués dernièrement par Tristan Nitot qui écrit actuellement un livre sur le contrôle que nous avons sur nos données personnelles dans un contexte de surveillance de masse )

La loi Renseignement est un sujet complexe, et il faut sans cesse faire preuve de pédagogie. Voici à cet effet 4 articles faciles à lire :

Et quelques liens sur le même sujet :

(Autres liens & extrait publié(s) sur Linux-fr ! :)

Citation de NextINpact : « Le projet de loi a certes été dézingué par la Quadrature du net, Gandi, le Syndicat de la Magistrature, Amnesty International, CGT Police, la commission nationale consultative des droits de l’homme, l'Ordre des avocats de Paris, l’Union Syndicat des magistrats, Renaissance numérique, l'AFDEL, le Syntec Numérique, Human Rights Watch, la Commission du numérique, l’actuelle gendarme des écoutes, Jean-Marie Delarue, Alain Marsaud, député, ancien juge anti terroriste, Marc Trévidic, juge antiterroriste, ou encore… Charlie Hebdo, dont l'attentat figure parmi les faire-valoir au texte. »

Ainsi que le Défenseur des droits.)

(Désolé d'avoir également cité des sources "non libres" ... c'est pour vous montrer l'ampleur de la chose !)

Vous trouverez encore bien d'autres articles concernant ce sujet ô combien important sur mon shaarli en sélectionnant les mots-clés appropriés, en particulier :

BIGBROTHER & LIBERTEDEXPRESSION & POLITIQUE & SEPARATIONDESPOUVOIRS & VIEPRIVEE

Vous en trouverez principalement sur les sites de FRAMASOFT , LA QUADRATURE DU NET & NUMERAMA ... (mais bien d'autres sites d'actualité en parle également)

J'espère que vous trouverez toutes les informations utiles dans cette "revue de presse"...

Bonnes (découvertes &) bonnes lectures ... vous avez maintenant toutes les cartes en mains pour mieux comprendre & agir en conséquence.

« Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage.  » - Périclès